Archives pour la catégorie ARTISTES

« Quand la danse mandingue parle… » par la Cie Sabou

Spectacle en cours de création . 1ère représentation prévue à La Crau (83) vendredi 27 septembre 2019 au profit de l’association « Dkengtaore »

Une femme troglodyte qui a le génie de transmettre la création de la kora lors d’un rêve à un griot…….des tambours qui pulsent le cœur de Guerriers de Vie pour gagner le combat de leur humanité….des Rois alchimistes d’âmes qui jouent avec les caractères de leurs prochains pour que plus aucune guerre n’existe…

Sur des mélodies ancestrales, la compagnie « Sabou » vous contera en danse et en musique les légendes mandingues ; légendes qui jusqu’à ce jour et depuis 5 siècles, continuent de pérenniser la transmission de leurs valeurs humaines de Père en fils, de Mère en fille, grâce à leur Histoire artistique et qui reste peut être au fond le secret de leur fierté culturelle et de leur identité personnelle….L’Oralité n’aurait-elle pas des vertus que l’Écrit ignore toujours ?

La compagnie « Sabou »est composé des musiciens de « Trio Sabou« , de danseurs, et d’un conteur. Ces artistes ont des origines africaines (Burkina, Guinée, Guinée Bissau, Réunion) et occidentales (France, Israël) unis sur le même amour : celui de la culture mandingue et plus largement des cultures africaines.

NOS ARCHIVES DEPUIS 2013…

flyer workshops mail2stage AFRO

Slide1

Slide2Slide3

CE FUT A NICE EN 2015

3 stages de Danses Africaines

Traditionnelles & Contemporaines,

3 artistes, 3 dates, 3 origines

Autant de nouvelles danses

& de nouvelles vibrations!

A NICE NORD –  AU CAL Gorbella

Dimanche 25 janvier 2015 – 9h30 – 12h30

Oumar OUATTARA – Côte d’Ivoire

accompagné de percussionistes (Avi – djembe & Abdoulaye – dumdun)

oumar2

Oumar OUATTARA est initié en Côte d’Ivoire, où il débute avec la Cie Kora et Sidibé Mousa. Il collabore ensuite avec Merlin Nyakam, Georges Momboye, Alphonse Tierou et pour le film «Roue libre». Son travail est axé sur la précision des pas et mouvements dansés pour approfondir le sens du tempo.

Dimanche 8 mars 2015 9h30-12h30

Chiara MARTINOLI – Afro-contemporain

Accompagné de Daouda Diabaté & Mbady Diabaté  au dumdun, kora & balafon

Chiara MARTINOLI est formée au danses traditionnelles du Bénin (Yoruba) , manding, contemporaines et par la formation aux danses pluridisciplinaires africaines du Centre « Georges Momboye ». Elle collabore avec Vincent Harisdo, Lamine Keita, Achille Monbohi & Pierre Doussain. Son travail est axé sur la respiration et l’amplitude du mouvement qui s’en essouffle. S’inspirer des pas traditionnels, pour créer sa danse. Kora, balafon, dumdun sont les maîtres musicaux.

SAMEDI 18 AVRIL – 15h 18h

Ousseni SAKO – Burkina Faso

Accompagné de kora et percussionnistes avec Mbady Diabaté & Avi

Ousseni SAKO est initié au Burkina Faso. Il collabore auprès d’Alphonse Tierou, Irène Tassembedo, Mathilde Monnier pour intégrer par la suite la compagnie « Salia Ni Seydou ». Sa fine sensibilité, son énergie fluide et agile vous amènera à sentir la profondeur du mouvement initié.

QUELQUES COMMODITES:

TARIFS:

30 €/ stage + 4€ adhésion // Réduit: 25 €/stage

– 20 % pour toute inscription aux 3 stages avant le 10 janvier – réglement en 3 fois possibles avec arrhes

SEI – Solidarité Enfance Internationale

Notre « Traid’Union Solidaire » du moment:

SEI – Solidarité Enfance Internationale.

Par ce que le don n’est pas une décision,

Par ce que le don n’est que l’expression de votre émotion,

Par ce que le don de soi est notre lien universel du moi au toi, du toi à eux, d’eux à nous,

Par ce que le don de soi n’est en rien une stratégie rationnelle qu’une théorie socio-économiques ne pourra définir,

Par ce que le don de soi n’est que l’expression de vouloir vivre dans une humanité liée par nos âmes, nos pensées et non menée par nos têtes,

Par ce que le don de soi ne répond à aucune règle sociale, aucune moeurs, aucune coutume, aucune croyance en particulier,

Mais qu’en générale toutes règles sociales, moeurs, coutumes, croyances aspirent à y accéder…..

Seule la logique de votre coeur peut répondre au don de soi……

Pour en savoir plus sur SEI CLIQUEZ ICI!

VILLENEUVE AFRICA – 2ème édition

Le Prochain « Villeneuv’Africa »? Samedi 29 septembre 2019


C’était le week-end  du 30 sept 2018 …..l’artisanat & les Arts de l’Afrique Subsaharienne à Villeneuve Loubet – Pôle Escoffier – .

Traid’Union a tenu son stand présentant les artistes et artisans partenaires de Conakry:  disques vynils peints, bracelets – boucles d’oreilles – portes clefs en cornes  ou en bois et argents, et bien d’autres choses.

AC Décor & ses créations artistiques et artisanales

« Trio Sabou » & compagnie était aussi en prestation!

Sans oublier notre Traid’Union solidaire du moment: projet SEI Solidarité Enfance Internationale porté par l’artiste plasticienne Céline Gosselin. Pour en savoir plus, cliquez sur le lien SEI!

Voici quelques photos:

Education, environnements, arts, artisanats & économies: les grands défis du Continent, « berceau de l’humanité » y sont venus!

TELECHARGEZ LE PLAN DE VILLENEUVE AFRICA

 

Compagnie « Sabou »….ça bout d’énergie!

Créé en 2017 par Christelle Samba sur une proposition de Maude Ferré, la compagnie « Sabou » anime les événements et manifestations de rue et pédagogiques pour vous faire vivre la joie. Sur des rythmes traditionnels du Manding (Afrique de l’Ouest), « Sabou » se fera un plaisir d’accompagner vos moments festifs ou de mettre en scène des scénarios dansés et joués pour vous initier aux rôles de la musique et de la danse dans les sociétés d’Afrique.

En 2017, « Sabou » participe à la « F(ai)ête de la danse » organisé par les Ballet de Monaco sur la place du Casino de Monte Carlo.

FATALA – Cie de danses africaines tradi-modernes

Créé en 2013 par Lamine Camara, la compagnie artistique « Fatala » diffuse et crée des créations artistiques en danses et musiques traditionnelles et modernes de Guinée. Regroupant des jeunes des quartiers de Conakry, elle a pour finalité de les éduquer par des artistes expérimentés. Son autre ambition sera d’éduquer aux lettres ces mêmes jeunes bien souvent ayant quittés très tôt les bancs de l’école pour n’avoir pour la majorité d’entre eux trouvés un avenir à l’école.

A son actif, la compagnie a participé aux manifestations suivantes :

  • 2014 : « Carnaval de Conakry » avec tous les groupes de la commune de Matoto (Conakry) ;
  • 2016 : Tournée de théâtre forum « Mieux vaut prévenir que guérir » organisé par l’entreprise physique « Traid’Union Guinée » (dirigé par Maude Ferré Diabaté) et financé par les ONG « Action contre la faim » & « Concern Universal ». Objectif : sensibilisation grand public sur les gestes à adopter en cas de symptômes de maladies infectieuses dans 34 sous-préfectures & districts de la préfecture de Forécariah.
  • 2016 Création du conte dansé « La Guinè Namougni – un mariage de culture » dirigé, chorégraphié et mis en scène par Lamine Camara et Maude Ferré Diabaté.
  • 2017 Création chorégraphique avec « Maaté Keita & les Kawagnéfè » le 23 avril 2017 à Fougou fougou Faga faga (Conakry)

Les danseurs de « Fatala » ont bénéficié des formations suivantes par des intervenants extérieurs

  • danses guinéennes traditionnelles avec des danseurs du « Ballet africain » (ballet national) et « Les Merveilles » (ballet privé)
  • danse africaine contemporaine avec Lamine Keita (2016) et Maaté Keita (2017)

« Fatala » est composé de 20 danseurs et 15 musiciens. Elle est administrée par l’ONG « Traid’Union Guinée ».

Vers la page Facebook: cliquez ici!

Des vidéos? Lisez la suite…

Continuer la lecture

CONTE DANSE « La Guinè Namougni – un mariage de cultures »

Conte danse

Pourquoi en Guinée on danse, on joue, on chante avant tout?

Un Conte sur les danses, musiques et  initiations venant des 4 régions de la Guinée,

Pour les salles artistiques, établissements et groupes scolaires et lieux touristiques.

Une vidéo: Cliquez ici! 

Des photos: Cliquez ici!

CONTACT: 

+224 623 11 10 89 / 628 06 27 46

FB: @fatalaguinee

Mail: traidunion.diff@gmail.com

LAMINE CAMARA dit Malé Swê

Sa danse se caractérise par sa fluidité et sa puissante énergie, rythmé par le souffle, tout en préservant un respect corporel remarquable.

Il enseigne les danses traditionnelles,  contemporaines & tradi-modernes de Guinée

Originaire de Boffa (Région de la Basse côte en Guinée), Lamine Camara dit « Malé Swê » évolue en tant que danseur professionnel en contemporain, traditionnel & tradi-moderne  depuis 2006 aussi bien dans les groupes de danses traditionnelles qu’auprès d’artistes reconnus sur la scène internationale. 

Références:

  • 2006 – 2017 danseur au sein de la troupe « Sembe »;
  • depuis 2013 Directeur artistique et chorégraphe danseur « Fatala »;
  • 2015 danseur pour le spectacle « Opéra mandingue » de Sekouba Kandia Kouyaté (CCFG);
  • 2014 danseur pour le concert « Baba Solo » de Maaté Keita (CCFG);
  • 2013 – « Et Dieu créa la femme » 1ère création en danse contemporaine en Guinée avec Georges Momboye (CCFG).

En 2010, il fut sélectionné parmi les 100 danseurs guinéens qui participèrent à la cérémonie d’ouverture du « FESMAN – Festival Mondial des Arts Nègres » à Dakar (Sénégal).

Depuis 2006, il est interprète pour des clips vidéos pour de nombreux artistes de la sous-région dont Maaté Keita, Aicha Koné, Fatou Linsan Barry, Sékouba Kandia Kouyaté, Koundouwaka, Kadé Kanté etc. et des tournées artistiques professionnelles (2011-2012 Mamadou Yalti GOLE. 2011 – Fatou Linsan Barry ; 2010 – « Circus Hibiscus » ).

En 2013, Lamine crée sa propre troupe artistique tradi-moderne « Fatala » et devient directeur artistique.

En 2015, il assiste les chorégraphes ivoiriens Innocent Bimi & Marius Ceu pour la création du spectacle « Les enfants du soleil et de la lune » – au CCFG de Conakry.

 Sa recherche chorégraphique est non seulement d’adapter les mouvements issus de la tradition aux sonorités et musique actuelles, mais aussi de développer une nouvelle danse contemporaine africaine pour en exprimer le quotidien.

Pour cela, il puise son inspiration dans l’histoire de l’origine des rythmes et des danses véhiculés depuis des générations en Guinée. A quel moment, pour quelles occasions danse-t-on « Yankadi », « Dunumba », « Sorsornet », « Zaouli », « Fulé Faré » ? Pourquoi la statue « Nimba » a-t-elle été créé ? Quand voit-on les masques tels que celui de « Zaouli » ?

En 2016, sur une proposition de Maude Ferré Diabaté, il crée et met en scène le conte dansé « La Guinè Namougni – un mariage de cultures » retraçant ainsi l’histoire de certaines danses et rythmes de Guinée qui sont mis en scène en fonction des initiations et cérémonies auxquelles ils étaient destinés. Le conte est brodé autour de la rencontre de deux jeunes gens issus de cultures guinéennes différentes : le métissage de leur alliance sera-t-il accepté par leurs communautés respectives ? Si oui dans quelles mesures?